dimanche 3 mai 2009

Les collectionneurs {3}
















Une petite boîte en carton. Fumigation pour usage externe. Poudre de Louis Legras. Exiger le nom Louis Legras. Pharmacien de première classe. Exposition universelle 1900.
C'est dans cette petite boîte posée sur une étagère tout près du Littré et d'un Rubicub aux faces multicolorées que l'on peut trouver une autre de nos petites collections éparpillées. À l'intérieur, des images de starlettes des années 30. Leurs expressions me font sourire.
Étrange assemblage contenant-contenu. Un peu absurde.
Ces vignettes ont été offertes pendant la seconde guerre mondiale à ma grand-mère par un soldat allemand. Elle avait alors onze ou douze ans.
En regardant au dos des images, j'ai cru comprendre qu'elles provenaient de boîtes ou sachets de tabac autrichien (je n'ai aucune notion d'allemand...).
Alors pour en savoir un peu plus et pour vous parler plus précisément de ces images précieusement gardées, j'ai recherché le nom de la marque. Je suis tombée sur une photo sur Flickr. Le logo de la fabrique, un aigle impérial avec un drapeau autrichien au centre ; et tant de commentaires outrés de trouver cette photo sur le site. Et beaucoup de demandes pour la supprimer. Il me vient alors une drôle d'impression... Je savais que ces images avaient été offertes par un soldat allemand, et je devais me douter de leur provenance, de leur origine... mais je suis quand même surprise. Surprise qu'on puisse les garder ainsi. Comme n'importe quel objet. Comme un simple cadeau fait il y a presque soixante-dix ans. Sans jamais se demander ce qu'il y avait écrit derrière.
Alors désormais je peux décrire avec plus de précision le contenu de cette petite boîte : une collection d'images de starlettes des années 30, de films de propagande allemands et autrichiens. Et maintenant, elles me font un peu moins sourire.

Si vous parlez allemand, pouvez vous me dire ce que vous comprenez du petit texte inscrit au dos des vignettes ?

7 commentaires:

  1. Oui,c'est bien de chercher à comprendre. J'ai envoyé un mail à une amie Allemande pour ta traduction...

    RépondreSupprimer
  2. " Le meilleur des films. photogr. X, éditions "Ross".la série comprend 250 images ... au prix de 80 Reichmarks. Sont disponibles dans tous les (bureaux de tabacs ?). la fabrique de tabacs d'Autriche, autrefois Régie de tabacs autrichienne"
    c'est pas le top des traductions, mais ça te donne une idée... en attendant mieux !!

    RépondreSupprimer
  3. Lily, la môme poison > Merci merci pour vos traductions et futures traductions ;)

    RépondreSupprimer
  4. "Les stars des films. Image n° Nom de la personne. Edition Ross. La série contient 250 images. On peut obtenir les albums au prix de 0,80 Reichsmark dans tous les commerces. Etc.
    La personne qui a traduit (57ans) a entendu parler dans son enfance de Weiss Ferdl (Fernand, le prénom)comme d'un acteur comique.

    RépondreSupprimer
  5. Pourquoi ne pas garder en mémoire le cadeau fait à ta grand-mère plutôt que la provenance des images ? C'était des stars du cinéma allemand des années trente mais pas forcément de films de propagande. Comme les images du chocolat Poulain si tu veux...

    RépondreSupprimer
  6. Miss Fanchon > Bien sûr, je garde avant tout ces images comme un cadeau fait à ma grand-mère... leur origine n'est que secondaire dans mon esprit. Mais quand j'ai écrit ce billet, je venais juste de découvrir ce qu'était la Austria Tabakwerke... et j'étais peut être un peu sous le coup de la surprise.
    Il est vrai que j'ai hésité à employer le mot "propagande". Tous les films de cette époque n'étaient pas forcément propagandistes, mais plutôt étaient des films qui ne dérangeaient pas la pensée politique dirigeante. Et les acteurs de l'époque, s'ils voulaient continuer à jouer, étaient certainement contraints aux films qu'on leur proposait. Mais en recherchant quelques noms d'acteurs sur internet (en particulier Paula Wessely), j'ai trouvé qu'on leur avait justement reproché de tourner dans des films de propagande durant la seconde guerre mondiale. C'est pour cela que j'ai laissé la phrase en question.
    Quoiqu'il en soit, propagande, pas propagande, je reconnais que la frontière n'est pas très définie... et que l'emploi de ce mot était sans doute maladroit !

    RépondreSupprimer